ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Santé Décision Management

1960-8748
publication abandonnée
 

 ARTICLE VOL 6/1-2-3 - 2002  - pp.231-248
TITRE
Synchronismes et diachronismes dans un système sanitaire

RÉSUMÉ
L'analyse des systèmes de santé, en Suisse comme dans toute l'Europe fait l'objet d'analyses de plus en plus approfondies. Les réflexions augmentent mais les angles d'attaque de la réflexion restent de types médicaux et, aujourd'hui de plus en plus, économiques. Ces dernières approches, essentielles pour la survie du système, ont un défaut : elles omettent très souvent d'autres éléments essentiels à la réflexion comme les dimensions sociales, historiques et émotives de la maladie. Trop facilement on a collé au système de santé l'étiquettes « complexe » en se basant sur la seule rationalité organisationnelle ou institutionnelle. Ce que nous aimerions mettre en évidence c'est que dans le monde de la santé se côtoient des groupements sociaux différents (femmes-hommes, malades chroniques-personnes en bonne santé, jeunes-vieux, etc.) chacun possédant une vision, un habitus, des stratégies, en définitive, des représentations sociales différentes. La santé comme la maladie est un monde où comportements médicalement et économiquement irrationnels et rationnels s'entremêlent, où trajectoires sociales des groupes sociaux ainsi que vécus personnels des individus s'entrecroisent. La sociologie, éclectique dans ses domaines d'analyse et capable d'une constante auto-réflexion épistémologique, serait capable, à côté des paradigmes dominants comme ceux économiques et médicaux, de contribuer elle aussi à dévoiler cette complexité. En effet, les résultats de cette recherche en sociologie de la santé et de la médecine, montrent comme il est difficile d'identifier un idéal-type ou modèle de patient-assuré-contribuable, mais qu'il existe des sous-réalités collectives qui influencent les visions et comportements des différents groupes sociaux et qu'il est important de connaître pour orienter les politiques en matière de santé.


ABSTRACT
To admit the theoretical principle that it is possible to identify only one rationality (especially economic) to define what is a patient is a nonsense. Indeed, this socioanthropological research aims to show that, inside the world of the disease and the health, each social group (man-woman, chronic patient-people in good health, etc) has its own representation of the disease and interprets according to their "habitus", the future of the 232 SAS ­ 6/2002. Accessibilité aux soins socio-medical policies. Consequently, this report opens the debate on the identification of a standard patient.


AUTEUR(S)
Brian FRISCHKNECHT

MOTS-CLÉS
Représentations sociales, pratiques sociales rationnelles et irrationnelles, réflexion épistémologique, relation médecin-malade, rapport au corps.

KEYWORDS
social representation, rational and irrational practices, epistemological reflection, physician-patient relationship, relations to the body.

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (176 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier